IMG_0491.JPG
Recherche

L’axe recherche de la chaire se centre sur les initiatives portées par les sociétés civiles à l’échelle de plusieurs pays de la Méditerranée dans les domaines de l’innovation sociale et environnementale, mais aussi des formes de gouvernance et de participation mises en place par les acteurs. Il vise à observer et analyser leur capacité à s’inscrire dans les transitions écologique et sociétale, ainsi qu’à être force de proposition et de changement à une échelle plus large, notamment par leur capacité potentielle à préfigurer des politiques publiques et/ou d’interpeller autrement les pouvoirs nationaux comme locaux ou internationaux. Enfin, lorsque les politiques publiques existent, il s’agit d’étudier la manière d’articuler l’ensemble, dans une logique de complémentarité et de « ré-enchantement » des partenariats entre les acteurs, mais aussi d’analyser comment le droit en vigueur, ou les routines institutionnelles, peuvent constituer des freins à ces approches de terrain, et proposer des pistes d’évolution ou d’amélioration de ces facteurs limitants.

La chaire s'appuie sur :

  • L’approfondissement de la recherche menée jusqu’alors par l’équipe du LIEU sur l’apport des sociétés civiles aux actions de développement à l’échelle du Maghreb, notamment sur des volets qui tiennent aux origines, à l’organisation et aux impacts sociaux et territoriaux de ces initiatives, en milieu urbain comme rural, dans des espaces mondialisés comme reculés ;

  • Le traitement de nouveaux questionnements liés à l’évolution des pratiques de la société civile dans les domaines sociaux et environnementaux : émergence de nouvelles formes de collaboration-revendication (collectifs informels, mobilisation sur les réseaux sociaux : boycotts, pétitions, manifestations sur l’espace public, etc.), développement des nouvelles technologies et évolution des démarches et savoir-faire dans le milieu associatif, prise en compte des ruptures générationnelles, du rural et de l’urbain, développement de nouvelles formes de solidarités, etc. ;

  • L’ouverture d’un axe de recherche centré sur l’identification et l’observation des formes de gouvernance territoriale, à l’échelle micro-locale, impliquant fortement les populations ;

  • La mise en comparaison des initiatives et des expériences dans les domaines sociaux et environnementaux, pour s’enseigner de leur diversité, mais aussi de leur capacité à « créer » dans des contextes très différenciés, sur la base d’une approche pluridisciplinaire.

Des partenariats sont d’ores et déjà mis en place avec des laboratoires scientifiques à l’échelle des pays partenaires des rives sud et est de la Méditerranée (Algérie, Liban, Maroc, Tunisie) que la Chaire, au travers de ses activités et projets, veillera à développer.

IMG_5755.jpeg

Dans ce cadre, la chaire cherche à privilégier :

Les codirections des axes de la recherche, mais aussi de thèses de doctorat entre scientifiques des laboratoires partenaires des deux rives, pour bénéficier des regards croisés, des outils et des approches de la recherche dans des contextes très différenciés.

Les échanges d’enseignants-chercheurs nord-sud de part et d’autre des deux rives, pour enrichir le contenu des formations, la dynamique et la diffusion des axes de la recherche.

L’organisation de manifestations scientifiques : colloques, séminaires de recherche et de réflexion sur les pratiques.

L’approfondissement et l’élargissement potentiel des thèmes de recherche en fonction des besoins de l’équipe et des sollicitations des partenaires.

La publication et la diffusion élargie de ses travaux, sous forme de documents filmés comme écrits.